L'entretien, pourquoi, comment...

Même dans une petite entreprise, où salariés et employeur sont proches, mettre en place des entretiens annuels permet de se réserver un moment privilégié pour faire le point sur l'année écoulée et prendre
de la distance par rapport au quotidien. Pour qu'ils soient véritablement efficaces pour la gestion des ressources humaines, ces entretiens doivent respecter quelques règles simples.

- Il est important de se munir d'un support pour l'entretien sur lequel on indique par écrit les appréciations. Il doit être suffisamment détaillé et adapté au type de poste et à l'entreprise.
- Il faut fixer la date de l'entretien à l'avance afin que chacun ait le temps de le préparer.
- Il faut choisir un lieu calme et neutre.
- Commencer par les points positifs, les réussites mais dire aussi la vérité quand l’on n’est pas satisfait
du salarié.
- Pour chaque point abordé, il faut fixer les objectifs pour l'année à venir ce qui permettra l'année suivante de mesurer le chemin accompli.
- Même si chacun sait que cela est important, il est préférable de ne pas lier entretien annuel
et augmentation salariale pour ne pas polluer la discussion.
- Il faut noter les engagements pris lors de l'entretien (formation, évolution/modification du poste?)
et s'assurer qu'ils sont bien tenus faute de quoi le salarié pourra légitimement en faire le reproche l'année suivante.
- Si l'entretien dérive, le support doit servir à le recadrer pour ne pas tomber dans une discussion
«café du commerce» ou une escalade verbale.
- Toutefois, il faut aussi savoir profiter de ce moment privilégié pour écouter les avis ou idées des salariés sur le fonctionnement général de l'entreprise.


Depuis l'accord national interprofessionnel (ANI) de 2003, l'entretien d'évaluation appelé également entretien annuel de par sa fréquence de mise en œuvre obligatoire, doit être distingué de l'entretien professionnel qui est destiné à évaluer plus spécifiquement les besoins en formation des collaborateurs
et qui doit être mis en place une fois tous les deux ans.